Quand la gauche collaborait, 1939-1945

Après la défaite de 1940, beaucoup d’hommes de gauche se fourvoient dans la collaboration par pacifisme et anticommunisme. Les plus modérés soutiennent la politique de collaboration de Vichy, comme l’ancien ministre du Front populaire Charles Spinasse. Mais c’est à Paris que se regroupent les partisans les plus durs de l’Allemagne. Deux grands partis à la solde des Allemands émergent : le premier est le PPF de l’ex-communiste Jacques Doriot, le second celui du néo-socialiste Marcel Déat. A la Libération, les collabos sont traqués et jugés. Ou se font oublier. Pascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Olivier Wieviorka, historien et enseignant-chercheur à l’Ecole Normale supérieure de Cachan et Simon Epstein, professeur et chercheur à l’université hébraïque de Jérusalem, évoquent la question.