La banalité du mal par Carl Jung

Quelqu’un a déjà dit ce qui ressemblait à cette phrase : Il est quelque part rassurant de voir que les monstruosités commises sont le fait d’êtres humains dérangés, des pervers ou des sadiques. Mais lorsqu’on y regarde de plus près (si nous en avons la volonté et le courage) on s’aperçoit que la grande majorité de ces monstruosités sont le fait d’êtres humains tout à fait normaux, tout comme nous, ce qui est très déstabilisant, affolant même. Bien souvent, on s’attelle à oublier le tout. Ce qui est remarquable c’est que la prochaine fois que nous serons témoins de ces actes atroces commises par un individu, on s’empressera de le condamner, de dire que c’est un monstre qui n’a aucun rapport avec nous et la race humaine ! Ah, que l’oublie nous va bien !

Laisser un commentaire