Le jeûne thérapeutique

LE JEÛNE THÉRAPEUTIQUE

Le jeûne thérapeutique consiste à s’abstenir de nourriture, mais non d’eau, pendant une période plus ou moins longue.

Le jeûne thérapeutique permet à l’organisme d’avoir un repos total du corps grâce à l’arrêt de la stimulation du système digestif ainsi que presque le repos de tous les organes.

Au cours d’un jeûne thérapeutique l’organisme puise dans ses réserves pour subvenir aux besoins des organes vitaux afin de les préserver. Grâce à cela le corps peut se débarrasser de ses toxines et de ses tissus lésés.

Un stress ou un acte physique entraîne des microlésions dans l’organisme, les os ou les organes. Mais heureusement pour nous tout au long de la vie le corps se régénère continuellement afin d’équilibrer ce phénomène.

Le corps va pendant la période de jeûne thérapeutique se consacrer entièrement à la régénération de son intérieur :

  1. Les plaies cicatrisent plus vite.
  2. L’estomac ou les intestins endommagés se soulagent de leur inconstante activité et se régénèrent ainsi que la flore intestinale.
  3. Le cœur, le foie et les reins se restaurent.
  4. La qualité de la peau s’améliore, devient plus saine, lumineuse, les rides s’estompent.
  5. L’esprit s’éclaircit et les capacités créatives, de mémorisation et de réflexions sont plus intenses.
  6. Le corps se nettoie et lutte contre les dépendances (tabac, café, alcool).
  7. Le sang est nettoyé, régénéré, équilibré, pouvant nourrir et nettoyer l’organisme.
  8. Souvent la vision et l’ouïe s’améliorent.
  9. Les cancers (prolifération de cellules anormales et inutiles au corps), sont souvent enrayés en jeûnant car comme pour les autres tissus inutiles, le corps les a autolysés afin de préserver ses organes vitaux.

Le jeûne thérapeutique n’est  pas dangereux, c’est un phénomène normal que l’on retrouve fréquemment chez les animaux (par exemple en période de rut). Un animal blessé ou malade s’arrête de manger pour permettre au corps de se concentrer sur sa guérison plutôt que sur la digestion et l’élimination (guérison accélérée).

Les cellules brûlent leurs réserves par autolyse donnant ainsi au corps ce dont il a besoin pour vivre, ce qui fait qu’un jeûne intégral ne crée pas de carences mais au contraire il les combles.

L’idéal c’est de jeûner jusqu’à brûler l’intégral des réserves de son corps afin de le purifier en profondeur. On profite ainsi réellement des bienfaits du jeûne. Au-delà de l’utilisation de ces réserves cela devient dangereux (quand le corps puise dans les organes vitaux). Veiller à ne pas dépasser cette phase, ce qui est simple car la sensation de faim survient à ce moment-là, signant l’arrêt du jeûne (la langue n’est plus chargée, les urines sont claires…).

Pour le début essayer le jeûne en commençant par une semaine à 10 jours en ne mangeant rien et ne buvant que 1,5 litre à 2 litres d’eau par jour.

Le corps va basculer en autolyse et se régénérer tout seul, les kilos en trop se perdront vite. Les premiers jours sont les plus durs si vous n’avez jamais jeûné. Des effets secondaires impressionnants peuvent survenir signe que le corps se débarrasse de toxines importantes.

La sensation de faim disparaît lors des premiers jours et ne réapparaît que lorsque le corps n’a plus de réserve signe qu’il faut se remettre à manger. Pour cela prendre uniquement des liquides (100 % jus de fruit) pendant une journée ou deux.

– Le premier jour, boire par exemple un verre de jus d’orange toutes les 2 heures.
– Le deuxième jour en plus grande quantité.
– Le troisième jour ajouté des légumes en purée, des compotes.
– Le quatrième jour prendre des légumes entiers et des féculents (la viande sera ajouté le plus longtemps possible après).

Par la suite il faut avoir une alimentation saine et équilibrée pour ne pas perdre les effets bénéfiques du jeûne. Plus le jeûne a été long, plus l’on doit faire attention et revenir progressivement à l’alimentation.

Enfin pour ceux qui voudront faire un jeûne intégral (brûler toutes les réserves de son corps), il faut le faire sous surveillance d’un proche ou, de préférence, d’une personne expérimentée dans ce domaine.

Une approche : http://www.malade-mais-heureux.com/pratique-du-jeune/

Quelques livres pour bien démarrer son jeûne :

– Le grand livre du jeûne de Jean-Claude Noyé (Journaliste à PRIER) Éd. Albin Michel ;
– Le jeûne. Prier avec le corps et l’esprit – (Anselm Grün) Ed. Mediaspaul ;
– Prier N° 318, Janvier-Févr Anselm Grün. Jeûner… (Christine Florence, Jean-Claude  Noyé)
– Le jeûne : Maigrir, éliminer, se désintoxiquer (de Hellmut Lützner) Éd. Terre Vivante ;
– Le jeûne (de Gisbert Bolling) Éd. La Plage;
– L’art de jeûner : Manuel du jeûne thérapeutique Buchinger (de Françoise Wilhelmi de Toledo). Éd. Jouvence Éditions

jeune
Une approche sérieuse, mais concrète et chaleureuse, d’une pratique qui peut paraître austère : Anselm Grün (moine bénédictin de Münsterschwarzach) évoque la dimension spirituelle et Peter Müller nous donne des conseils pratiques pour organiser un temps de jeûne, dans les meilleures conditions.

Une réponse à Le jeûne thérapeutique

Laisser un commentaire