L’Islam n’a jamais aboli l’esclavage

En ce jour de fin de Ramadan, je m’interroge. Moi qui suis né et baptisé « musulman », alors que tous mes ancêtres Damels du Cayor et Teignes du Baol, Lignée maternelle par ma mère (La Linguère Aissatou Lamane N’Dande Mademba Yacine Fall), et prince du Saloum et du Djoloff, de Ndiadiane à MBar N’Diaye (Lignée paternelle) Par mon père (Mody N’Diaye Dionwar), étaient animistes africains. Dois-je pardonner aux peuples arabo-musulmans, d’avoir razzié, castré et mis en esclavage nos peuples nègres pendant plus de 13 siècles sans interruption ?. Ils ont islamisé les peuples africains, en se faisant passer pour des piliers de la foi, les modèles des croyants. Ils allaient souvent de contrée en contrée, le Coran d’une main, le couteau à eunuque de l’autre, menant hypocritement une pseudo-« vie de prière », ne prononçant pas une parole, sans invoquer Allah et les hadiths de son Prophète. Dois-je encore leur pardonner, de continuer à les martyriser en plein 21ème siècle au Maghreb, retirer leurs passeports à nos sœurs et filles au Moyen-Orient, en les soumettant à des conditions d’esclavage moderne, tout cela parce qu’elles sont noires ? Et je passe encore sur le sort criminel qu’ils réservent aux émigrants africains au Maroc, en Algérie, en Tunisie etc. Dois-je trouver aussi comme attitude de solidarité et d’égalité normale, que ceux d’entre eux qui vivent depuis des siècles en Afrique Sub-Saharienne (‘Libano-Syriens), ne s’intègrent pas et refusent même le mélange avec nous, parce que nous sommes noirs ? Et lorsqu’une émeute engendre des morts à la Mecque, du fait de leurs forces de sécurité en défaillance de maîtrise des foules, ils désignent les « pèlerins africains indisciplinés » , encore les Nègres, comme responsables ? Et que même nos voisins Beidanes de Mauritanie, envoient en prison les Noirs, parce qu’ils osent réclamer une abolition réellement définitive de l’esclavage des Noirs ?

Pendant ce temps des marchés d’esclaves noirs sont aujourd’hui organisés en Libye. Tout ceci, c’est parce que, pour les peuples arabo-musulmans, le Nègre est et reste un Abd (esclave) Alors peut-on se demander, que nous apporte la promiscuité ou le partage d’une religion, avec des gens qui n’ont que mépris pour nous ? Sauf à dire, ils nous méprisent, j’en ai autant à leur service. Pour ma part, je considère sans doute comme vous, que l’univers avec sa diversité d’espèces, son soleil, sa lune, ses saisons et ses lois de la thermodynamique, n’est peut être pas du à une génération spontanée. Une intelligence supérieure ou un phénomène que la science n’a pas encore totalement et clairement compris et expliqué, doit être à sa genèse. Chacun est donc libre de croire au message religieux de son choix, du roi des Juifs au veau païen, passant par le Christ, Bouddha, et Mohamed Salali Wah Tallah haleyhi wah Salam. Personnellement, Thiéddos étaient mes ancêtres, Thiéddo je suis redevenu. Foutez donc la paix aux Africains, qui n’avaient rien à envier aux autres, avant toutes ces religions importées. Plus hypocrites que les Sénégalais en particulier, tu meurs. Quand un être cher meurt, tout le monde dit : « Yalla Na Ko Yalla Yeureume, KharéKo Adiana Té Yékhé Niou, ( Que Dieu ait pitié de son âme, l’accueille au paradis, mais s’occupe de nous le plus tard possible). Faudrait savoir, ils rêvent tous de paradis, mais personne n’est pressé d’y aller, ils y croient vraiment ? Alors de grâce, stop à cette hypocrisie et ce cinéma exhibé en permanence. La croyance, si elle est sincère, est une affaire intimement personnelle, qui n’a pas besoin d’exhibitionnisme pompeux et pompant, en mêlant les bienfaits de Allah et de son prophète à toutes les sauces. ..

Ce contenu a été publié dans Entretiens, Islam, Politique/Économie, Vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.